PAЯADOXƎ

J’en ferai sûrement une auto-analyse, un descriptif plus clair sur ce que j’ai voulu transmettre plus tard. En attendant, je serais ravie de voir vos analyses. 🙂

Je le publie en deux versions, une modifiée où les contrastes et la luminosité ont été augmentés, et une autre sans modification.

Paradoxe - Version 2
Version à la luminosité/contraste modifiés.

Cliquer pour zoomer.

Paradoxe - Version 1
Version originale, non modifiée.

En tout cas j’en suis fière, j’ai pris la journée à le faire. Ça faisait longtemps que je n’avais plus toucher au dessin. J’en ferai sûrement d’autres. 🙂

Lorsqu’on aime une personne souffrant d’anxiété, on aime simplement une personne qui souffre d’anxiété

L’autre soir, après avoir pris mes médocs, avant de me coucher, comme d’habitude, je traîne sur les réseaux sociaux. Soudain, le titre d’un article me tape violemment à l’œil:

Pourquoi les personnes qui souffrent d’anxiété sont les meilleures personnes à aimer ?

Étant complètement shootée aux effets secondaires, je ne prends pas la peine de le lire et me contente de m’endormir dans ma rage cynique et mes rires sarcastiques.

Aujourd’hui, je l’ai lu.
A cause de ma pathologie, j’ai souvent des problèmes de concentration qui me rendent la lecture difficile. J’aurais préféré mobiliser ma concentration pour quelque chose de plus sympathique à lire, comme la suite e-book du Visiteur du Futur, La Meute, que je n’ai toujours pas fini de lire…

Mais bon, maintenant que j’ai perdu mon temps, autant le perdre totalement en m’entêtant à écrire mon avis, de personne souffrant d’anxiété, par rapport à cet article.

Lire la suite « Lorsqu’on aime une personne souffrant d’anxiété, on aime simplement une personne qui souffre d’anxiété »